17 éme étape Fifi est un menteur 60 kms de côtes rien que des côtes

Soumis par marie le mar 26/09/2017 - 18:23
Filles à l'abri sous un champignon
Vieilles byciclettes decorees

Le bœuf carottes avait été bien digéré de même que la tarte Tatin, nos cyclistes etaient frais  et dispos après une bonne nuit passée au Cloitre. Ils engloutirent le petit déjeuner et partirent pleins d'entrain pour une étape qui devait être selon Fifi, sans une cote. Marie aurait du se méfier, l'an dernier il lui avait fait un tour pendable en prétendant que c'était plat alors que ça montait... 

Elle partit donc, à demi rassurée. Direction Bourbon Lancy, après avoir fait un détour par le Chateau de Saint Aubin sur Loire, où ils trouvèrent grille close une fois de plus... 

Eliane leur avait donné rdv vers l'aire de jeux  du lac à Bourbon, ville d'eau où l'on soigne les maladies rhumatologiques et cardiovasculaires

Après avoir fait un détour  par le lac, une fois Eliane retrouvée,  petite descente puis grande montée pour atteindre la vieille ville, première marche à pied des filles  qui ronchonnaient. Les vélos furent ensuite garés,  une  fois le syndicat d'initiative trouvé, et nos cyclistes entreprirent la visite de la vieille ville.

Apres avoir traversé le beffroi et levé les yeux, ils découvrirent le Beurdin, automate qui évoque le simplet du village, souvent plein de bon sens. Leur attention fut attirée par une superbe maison de bois, maison où résida la Marquise de Sevignée quand elle venait prendre les eaux. Ils rentrérent ensuite dans l'Eglise, à noter que les orgues sont de part et d'autre de l'entrée séparées par un magnifique vitrail.

L'heure tournant il Il fallut quitter Bourbon, Eliane en profita pour acheter la spécialité du pays qu'elle nous ferait découvrir à la pause repas qui était dans un lieu tellement perdu que tout le monde s'est perdu. Et alors ce fut montagne sur montagne, les filles firent de la marche à pied tout en maudissant Fifi, qui lui aussi posait  pied à terre le plus souvent. Seul le petit jeune réussit à tout monter, chapeau JB. 

Au detour d'un croisement, ils voulurent téléphoner et comme il n'y avait pas de réseau,  ils s'arrêtent pour demander au chat noir qui était à la fenêtre s'il n'avait pas vu passer une petite voiture bleue. 

.Et les filles continuèrent la marche à pied... elles en avaient ras le bol et continuaient à pester contre Fifi qui les avait entraîné dans cette galère. Ils finirent par retrouver Eliane et pique niquérent sous la pluie, sur le bord de la route au milieu des poules qui envahissaient le chemin. Ils reprirent leur monture, leurs selles au sec, grâce au protège selle imperméable offert par les deux J. Et reprise de la marche à pied pour les deux filles. Elles n'ont fait que marcher en poussant leur velo, ne remontant dessus que lorsque cela descendait. Marie poussait alors des Bonzai retentissants, JB ayant atteint lors d'une descente la vitesse super sonique de 50 kms, je vous laisse juge de ce que nous avons dû endurer en montée. 

Petit faux plat au milieu des vaches, et des moutons puis nouvelle montée et remarche à pied et ce pour tous les cyclistes. Ouf enfin arrivés à Devay où l'accueil fut des plus chaleureux, une petite mousse offerte par notre hôte fut la bienvenue 

Les filles espèrent que demain ce ne sera que du plat, sinon la révolte qui gronde va prendre de l'ampleur et un préavis de grève sera lancé