On parle de recherche

Beaucoup d'entre vous nous ont demandé de parler de recherche, pas de nos recherches mais de la recherche en générale.

voici donc le premier article d'une série qui va suivre : comment devenir chercheur


 

Interview de V Probst, Professeur de Cardiologie

Sauve Ton Cœur : Bonjour Vincent, aujourd’hui nous allons parler défibrillateur et marathon, comme tu le sais, Jérôme – qui porte un défibrillateur depuis 14 ans - va courir le marathon. La question qui revient souvent porte sur cet appareil un peu particulier, en quelques mots à quoi sert un défibrillateur

Vincent Probst : ce genre de petit boitier (4*4*1 cm environ) implanté sous la peau permet d’envoyer une impulsion électrique en cas d’arrêt cardiaque pour éviter la mort subite.

 

STC : la mort subite est une pathologie relativement peu connue, combien de cas par an et combien d’implantation de défibrillateurs ?

VP : la mort subite représente environ 50 000 morts par an en France c'est la première cause de mortalité cardiovasculaire, on implante entre 3 et 4 000 personnes par an.

 

STC : quelles sont les contraintes ou les précautions à prendre lorsque l’on porte un défibrillateur ?

VP : pratiquement aucune, le patient est suivi une fois par an. Il y a aussi dans le cas de Jérôme un système à domicile qui va permettre de suivre les anomalies du rythme et d’avoir les informations technique. La seule contrainte est le passage dans les portiques d’aéroport car le boitier est en métal.

 

STC : quelle est la durée de vie d’un défibrillateur ?

VP : environ 10 ans

 

STC : quel est l’impact pour le patient dans sa vie de tous les jours ?

VP : aucun, le patient va vivre normalement, dans le cas de la pathologie de Jérôme faire de l’exercice n’a pas d’impact sur sa pathologie.

 

STC : en parlant d’exercice, quelles sont les précautions à prendre avec un défibrillateur ?

VP : d’une manière générale, faire de l’exercice quand on souffre de maladie cardiovasculaire est bénéfique, avec un défibrillateur c'est la même chose. Il faut faire attention au sport qui sollicite le bras gauche pour éviter d’abîmer les sondes, et éviter les chocs sur le boitier.

 

STC : est-il conseillé de faire du sport ?

VP : en fonction de la cardiopathie on peut ou non faire du sport, mais si c'est possible il est important de garder une activité physique régulière.

 

STC : quelles précautions Jérôme doit prendre pour son marathon ?

VP : rien de particulier, pour sa pathologie il est simplement conseillé de ne pas arrêter le sport de manière brutale.

 

STC : Jérôme a été implanté relativement jeune, est-ce toujours le cas ?

VP : il n’y a pas vraiment d’âge pour poser un défibrillateur. La pose se fait en fonction de la pathologie. L’âge moyen d’implantation est d’environ 68 ans, mais il arrive d’implanter des enfants.

 

STC : est-ce que la pose de ce genre d’appareil est compliquée ?

VP : non, la pose se fait sous anesthésie locale, cela prend environ 1heure, le patient est hospitalisé 2 à 3 jours, puis revient un mois après pour contrôle de la cicatrice. Il sera ensuite suivi chaque année.

 

STC : doit-il suivre un traitement en parallèle ?

VP : dans ce cas, le défibrillateur est le traitement, mais d’une manière générale le défibrillateur ne change pas la prise en charge de la pathologie

 

STC : y a-t-il un régime particulier associé ?

VP : dans le cas de Jérôme rien de particulier non.

 

STC : merci pour le temps passé et toutes ces réponses, bonne journée

VP : merci bonne journée